Route
Haut de page

Déviation de Dol-de-Bretagne : le chantier est terminé !

Après 5 années de travaux, l’aménagement de la déviation de Dol-de-Bretagne est désormais terminé. Cette nouvelle route qui s’ouvre aux usagers va permettre d’écarter le trafic de transit du centre-ville, de fluidifier la circulation dans l’agglomération et d’ouvrir un accès direct à la RN176 pour les commune situées au sud de Dol-de-Bretagne.

Le Département d’Ille-et-Vilaine a engagé depuis 2013 l'aménagement de la déviation de Dol-de-Bretagne entre la RD 795 et la RN 176. Jusqu’ici la commune de Dol-de-Bretagne se situait au carrefour de nombreuses routes départementales et de la RN 176. Les trafics sud-nord et sud-est traversaient par ailleurs des zones d’activités et d’habitation provoquant un nombre d’accidents élevé.
 

Retour sur les travaux

Le chantier de la déviation de Dol-de-Bretagne a été précédé par la réalisation du giratoire des Rolandières et du pont SNCF de la ligne Rennes – Caen en 2013 et 2014. Les travaux se sont ensuite déroulés en plusieurs phases distinctes.

Les travaux routiers ont démarré en 2016 et viennent tout juste de s'achever. Ces travaux ont permis la création d'un barreau entre la RD 795 et le giratoire des Rolandières. Un giratoire a également été aménagé sur la RD4.

C'est l'option d'un viaduc qui a été retenue pour traverser le marais. Deux années de travaux ont été nécessaires pour la construction de cet ouvrage hors normes pour le Département (292 m de long). 

A noter : une phase complémentaire de travaux va être réalisée dans le courant de l'année 2019. Il s'agit du réaménagement de la RD4 vers l'agglomération de Dol-de-Bretagne.

Un projet respectueux de l'environnement

Le choix de la création d’un viaduc, plus sûre et plus vertueuse d’un point de vue environnemental comparativement à des solutions privilégiant le remblai, a permis d’éviter l’effet de coupure hydraulique et biologique de la traversée du marais.

Dans le cadre des travaux de terrassements, d’assainissement et de chaussées, une grave bitume permettant de réduire les épaisseurs d'enrobés et par conséquent la quantité de matériaux à approvisionner et l'énergie nécessaire à leur fabrication, a été utilisée.

Par ailleurs, 3 454 tonnes d'enrobé ont pu être économisés (40 % du volume global) grâce au recyclage d'agrégat permettant de diminuer le volume global de granulat et de bitume.

Des mesures compensatoires pour les zones humides ont également été integrées au projet et des aménagements paysagers ont été réalisés, voici quelques exemples :

  • Acquisition par le Département de 3,5 ha de zones humides à l'est du Tertre-Bintin
  • Réalisation de nouvelles zones humides de 7 700 m2 à l'est du marais
  • Reconstitution et restauration des corridors écologiques par la plantation de haies bocagères
  • Reconstitution de haies bocagères afin de préserver l'environnement du menhir du Champ-Dolent, classé monument historique
  • Mise en place de 10 gites pour les chauve-souris sous le viaduc

A noter : afin de limiter au maximum les nuisances sonores, de l'enrobé phonique a été posé. Cela a permis de réduire le bruit de 3 à 4 décibels. 

Montant de l'opération : 12 millions d'euros, financé à 100 % par le Département d'Ille-et-Vilaine